Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

C (1/5) de  JEAN CABOT  à  GEORGES CARPENTIER
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Jean Cabot
JEAN CABOT

Contemporain de CHRISTOPHE COLOMB et sans doute Génois comme lui, Cabot (v. 1450 - 1498) entre au service du roi d'Angleterre. Cherchant à gagner la Chine par un passage nord-ouest, il organise 2 expéditions qui n'aboutissent pas.

Cabot quitte Bristol le 2 mai 1497, à bord du Matthiew. Son idée : aller vers le Nord et contourner par le haut le CONTINENT découvert par Colomb. 7 semaines plus tard, le 24 juin, le Matthiew aborde une terre DÉSERTE qu'on appelle Prima Vista, la "première vue". Cabot y plante la bannière des Tudor. Mais où se trouve Prima Vista ? Nul ne le saura jamais de façon certaine : Terre-Neuve, Labrador ou ÎLE du Cap-Breton ? L'expédition connaît pourtant un grand retentissement : Cabot n'a-t-il pas atteint la "terre des épices" en moins de temps que Colomb ? A son retour en Angleterre, il se nomme lui-même "l'AMIRAL". Son fils Sébastien devait prendre la suite, sans plus de succès, mais avec un acharnement qui faisait ÉCRIRE à l'ambassadeur d'Espagne : "Bristol arme, par AN, 3 ou 4 CARAVELLES pour aller chercher l'île du Brésil, suivant la fantaisie de ces Génois !"


PEDRO ALVARES CABRAL 1 référence trouvée

En 1500, l'AMIRAL Pedro Cabral (1467 - 1520), descendant d'une noble famille portugaise, reçoit le commandement d'une flotte à destination des Indes, où son compatriote VASCO DE GAMA a déjà débarqué en 1498.

A la tête de 1.200 hommes d'équipage répartis sur 13 vaisseaux, Cabral appareille de Lisbonne le 9 mars 1500. Il longe les côtes d'Afrique, mais pour échapper aux CALMES du GOLFE de Guinée, il pique vers la haute MER. Il espère y rencontrer les VENTS qui gonfleront ses voiles et pousseront ses navires vers le CAP de Bonne-Espérance. Au large des côtes de l'Afrique, sa flotte est prise dans des COURANTS puissants qui l'entraînent vers l'Amérique du Sud. Le 22 avril, il aborde à un endroit qu'il nomme Terra de Vera Cruz. Ce n'est autre que la côte du Brésil, dont il prend possession au nom du Portugal. Et si aujourd'hui la majorité des Brésiliens parle le portugais, c'est parce qu'un marin, poussé par les ALIZÉS, aborda par hasard leur rivage avant de reprendre la route des Indes. Il y parvint l'ANNÉE suivante, remplissant ainsi la mission que lui avait confiée son souverain.

Pedro Alvares Cabral

Alexandre Cagliostro
ALEXANDRE CAGLIOSTRO voir les 2 définitions

Beau parleur, faux médecin, magicien, personnage plein de mystère, Joseph Balsamo (1743 - 1795) fait, sous le nom de Alexandre, comte de Cagliostro, de nombreuses dupes à travers l'Europe. Mêlé à l'Affaire du collier de la reine, il est banni de France par Louis XVI. Dénoncé par sa propre femme au tribunal de l'Inquisition, il finit ses JOURS en prison, à Rome.

Né à Palerme (Sicile), Balsamo entre dans un couvent comme apprenti apothicaire. Il y apprendra assez de CHIMIE pour se faire passer plus tard pour un grand médecin. Il rêve de devenir riche sans travailler. Il inaugure sa VIE d'escroc alors qu'il a réussi à s'immiscer dans l'intimité d'un orfèvre. Il confie à cet ami un secret : il connaît, dit-il, l'existence d'un immense trésor caché dans une GROTTE, en pleine campagne. Mais pour le trouver, il faut que l'orfèvre vienne, à la NUIT tombée, avec 60 onces d'or fin. Le naïf les apporte et les remet à Balsamo. A ce moment, le Diable apparaît soudain, se rue sur l'or et disparaît... Le Diable n'était qu'un complice de Balsamo et celui-ci est déjà loin lorsque l'orfèvre comprend qu'il a été dupé et le dénonce à la police.


RENÉ AUGUSTE CAILLIÉ

La lecture de ROBINSON CRUSOÉ ensoleille l'enfance misérable de René Caillié (1799 - 1838). Ainsi naît sa vocation d'explorateur. Dés l'âge de 16 ans, il s'embarque pour le sénégal. Son grand rêve est de visiter Tombouctou.

Nul Européen n'a encore pu pénétrer dans Tombouctou, la ville mystérieuse, isolée au milieu des SABLES brûlants de l'Afrique. Pour préparer son expédition, Caillié partage la VIE des Arabes, apprend leur langue et adopte leurs coutumes. En 1827, costumé en marchand indigène, il se mêle à une caravane. Il doit justifier son mauvais accent. Aussi, raconte-t-il que les soldats de NAPOLÉON BONAPARTE l'ont enlevé à ses parents, en Égypte, pour l'emmener en France, où il est resté de longues ANNÉES. La maladie interrompt momentanément son voyage. Il repart après avoir été soigné par une indigène. En mars 1828, il arrive à Djenné où il troque son parapluie contre une pirogue et, seul, il remonte le Niger. Le 20 avril 1828, il est le premier Européen à pénétrer dans Tombouctou. Quelle déception ! La cité légendaire n'est qu'une grosse bourgade aux maisons en brique séchée, écrasées sous le SOLEIL.

René Auguste Caillié

Juan Sebastián de El Cano
JUAN SEBASTIÁN DE EL CANO 1 référence trouvée

Juan Sebastián de El Cano (? - 1526) est un navigateur espagnol. Emprisonné pour avoir vendu le bateau qu'il commandait, il est libéré en 1519 à la demande de Magellan, qui arme une flottille de 5 navires pour entreprendre le tour du monde.

A bord de la Concepcion, El Cano connaît les dures conditions d'une longue navigation qui le mène, des eaux du Guadalquivir, à travers l'Atlantique et le Pacifique. Les vivres venant à manquer, il doit, tout comme ses hommes d'équipage, se nourrir du cuir de ses chaussures et de sa ceinture. Le 27 avril 1521, il assiste, impuissant, à la mort de MAGELLAN, massacré par les indigènes d'un îlot des Philippines. Il prend alors le commandement de la Victoria, le dernier navire de l'expédition, et réussit à regagner l'Espagne en 1522. Cet exploit lui vaut le pardon de sa faute ancienne. L'empereur CHARLES QUINT crée des armoiries à son intention : un globe portant la devise Primus circum dedisti me (le premier, tu as fait le tour du monde). En 1525, il repart vers les Moluques. Le 26 mai 1526, il franchit le détroit de Magellan, mais périt en MER au cours d'une TEMPÊTE 3 MOIS plus tard, sans avoir pu, cette fois, atteindre son but.


BIANCA CAPPELLO

Célèbre pour sa beauté, Bianca Cappello (1548 - 1587) naît à Venise. Après de nombreuses péripéties qui font de sa VIE un roman d'aventures, elle devient, en 1579, grande-duchesse de Toscane.

L'Italie de la Renaissance est fertile en intrigues où dagues et poison jouent un grand rôle. Bianca a 15 ans lorsque François de Médicis, prince héritier de Toscane, l'entrevoit à sa fenêtre et s'éprend d'elle. Devenue maîtresse en titre, la jeune femme emprunte le bébé d'une servante et annonce au prince qu'elle lui a donné un enfant. La supercherie est vite découverte. Bianca se tire néanmoins du mauvais pas en faisant remarquer à François que, sans héritier, son trône ira à son frère, le cardinal Ferdinand de Médicis. C'est ce qu'elle a voulu empêcher. Quelques ANNÉES plus tard, toujours dans le même dessein, Bianca, devenue grande-duchesse, organise un repas de famille où l'on sert une tourte empoisonnée. Ferdinand, portant au doigt une pierre qui décèle le poison, s'abstient. Ignorant tout, François avale une énorme portion avant que son épouse ait pu l'en empêcher. Il tombe foudroyé et Bianca, désespérée, se tue à son tour.

Bianca Cappello

Francesco Caracciolo
FRANCESCO CARACCIOLO

Amiral italien, Caracciolo (1752 - 1799) commande en 1793 l'escadre napolitaine qui défend Toulon, assiégé par les Français. Écoeuré par la fuite de son roi et rallié à la République instaurée par la France à Naples, il mourra sur ordre de Nelson, pendu au grand mât de son propre navire.

Alors que NELSON a quitté Toulon depuis quelques HEURES déjà, Caracciolo appareille le dernier, sous le feu des canons de BONAPARTE. L'Anglais ressent ce geste comme un affront. 5 ANS plus tard, Caracciolo cette fois a sous ses ordres la flotte républicaine de Naples. En fait de flotte, les gros vaisseaux napolitains ont suivi les Anglais qui défendent la cause royaliste ou ont été coulés. Les protecteurs français partis, la situation semble désespérée. Avec quelques embarcations, Caracciolo tente néanmoins d'empêcher le débarquement des troupes restées fidèles au roi et appuyées par les Anglais. Quand il n'a plus de navires, il se bat à terre. La fin arrive : sachant sa tête mise à prix, l'AMIRAL essaie de fuir, déguisé en matelot. Mais un valet... et sa barbe grise le trahissent. Il passe en conseil de guerre. Sentence (aussitôt exécutée) : la condamnation à mort. L'affront de Toulon est vengé, sans que la gloire du vainqueur d'Aboukir y gagne rien.


CARMAGNOLA

Fils d'un paysan piémontais du village de Carmagnol, d'où son surnom, Francesco Bussone (vers 1380 - 1432) est condottiere de son état. Il met ses mercenaires au service du duc de Milan, Philippe-Marie VISCONTI. En 10 ANS de guerre, il l'aide à établir son pouvoir sur plusieurs villes d'ltalie.

Orgueilleux, cruel, avide de richesses, Carmagnola gagne la confiance du jeune Philippe-Marie en lui révélant l'existence d'un complot préparé contre lui. Lorsqu'il hérite le duché de Milan démantelé, Philippe-Marie lui confie le commandement de ses milices. Carmagnola dirige toutes les opérations militaires qui permettent la reconstitution puis l'extension du duché. Pour le payer de ses conquêtes, le duc nomme Carmagnola gouverneur de la ville de Gênes. Mais le condottiere comprend que Philippe-Marie, jaloux de sa puissance, l'éloigne de Milan. Quand il veut lui demander des explications, le duc refuse de le recevoir. Francesco offre alors ses services à Venise, qu'il entraîne dans une guerre contre les Milanais. Mais il est soupçonné de trahison en faveur de son ancien maître. Arrêté, il est, à la suite d'un long procès, condamné à mort et décapité en 1432.

Carmagnola

Georges Carpentier
GEORGES CARPENTIER

Le boxeur Georges Carpentier (1894 - 1975), champion du monde des mi-lourds en 1920, incarne le "noble art" et la forme la plus sympathique de la réussite : celle qui permet à un jeune homme pauvre de devenir un gentleman, à la seule force de ses poings.

Le 2 juillet 1921, à Jersey City (États-Unis), 80.123 spectateurs payants assistent au "combat du siècle" : Carpentier-Dempsey. Sur les bords de la Seine, des centaines de milliers de Parisiens attendent le résultat d'un match dont l'issue ne fait de doute pour personne : Carpentier vainqueur ! A Villacoublay, des avions se tiennent prêts à décoller pour lancer dans le CIEL des fusées rouges si tout s'est bien passé, blanches dans le cas contraire. Soudain, du côté de la tour EIFFEL, 2 fusées blanches éclatent. La foule, stupéfaite, croit à une erreur. Hélas ! il faut se rendre à l'évidence : Georges Carpentier s'est effondré au 4e round, sur blessure. Le 1er octobre 1923, le boxeur réserve au public londonien l'un de ses derniers récitals de boxe. Il affronte Joe Beckett et l'envoie au tapis en 40 secondes. Le prince de Galles, présent, commente : "Mon cigare s'était éteint. Le temps de le rallumer, tout était fini !..."


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011