Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

F (2/2) de  CHARLES DE FOUCAULD  à  ROBERT FULTON
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Charles de Foucauld
CHARLES DE FOUCAULD 1 référence trouvée

Officier et explorateur français, Charles de Foucauld (1858 - 1916) décide, à 32 ANS, de se faire religieux. En Syrie, puis à Beni-Abbés et à Tamanrasset, il mène une VIE de pauvreté. Surnommé le MARABOUT blanc, il meurt en martyr, assassiné par des Senoussis.

Ayant démissionné de l'armée, Foucauld décide d'explorer le Maroc dont l'entrée est interdite aux chrétiens. Il apprend l'arabe et l'hébreu et choisit de se déguiser en rabbin. Il quitte Tanger le 20 juin 1883, emportant avec lui divers instruments : chronomètre, BOUSSOLE, baromètre et sextant. En marchant, il a sans cesse dans le creux de la main un carnet de 5 centimètres carrés et un crayon de 2 centimètres, avec lequel il note ses observations. Le sextant est plus difficile à cacher. Foucauld doit faire preuve d'imagination, affirmer qu'il lui sert à lire l'avenir dans le CIEL ou, encore, à connaître l'HEURE. Un JOUR, il déclare même que c'est un préservatif contre le CHOLÉRA ! Lorsqu'il quitte le Maroc le 23 mai 1884, Foucauld a parcouru plus de 2.000 kilomètres, mesuré 45 longitudes, 40 latitudes et près de 3.000 ALTITUDES. La Société de Géographie récompense ce travail en lui décernant sa première médaille d'or.


FRANÇOIS D'ASSISE 2 références trouvées
voir les 2 définitions

François Bernardone (1182 - 1226) consacre sa VIE aux pauvres. Il fonde l'ordre missionnaire des franciscains et, en 1221, le tiers ordre réservé aux laïcs. Canonisé 2 ans après sa mort sous le nom de saint François d'Assise, il est le patron de l'Italie.

François a 24 ANS lorsque, renonçant au métier des armes, il se déshabille en public, devant l'évêque d'Assise, et rend à son père ses vêtements, en lui disant : "Désormais, je ne dois plus rien qu'à mon père des cieux". L'évêque, ému, emprunte le manteau d'un jardinier pour couvrir François. En 1219, celui-ci prêche la foi en Egypte. Le sultan le fait amener devant lui. On a étendu à ses pieds un tapis semé de croix et il se réjouit déjà de l'astuce de son stratagème : si le moine piétine les croix, il se rendra coupable d'outrage envers le Dieu qu'il sert, s'il refuse d'avancer, il commettra une offense impardonnable vis-à-vis de son hôte. François déjoue le piège avec adresse. Il s'avance en remarquant : "Tu devrais savoir, Seigneur, qu'il y avait plusieurs croix sur le Golgotha, celle du Christ que je porte et celles des larrons sur lesquelles je marche bien volontiers !".

François d'Assise

Benjamin Franklin
BENJAMIN FRANKLIN 4 références trouvées
voir les 2 définitions

Fils d'un modeste fabricant de chandelles de Boston, l'Américain Benjamin Franklin (1706 - 1790) exerce de multiples activités. Imprimeur, journaliste, inventeur et savant, il est aussi l'un des principaux artisans de l'INDÉPENDANCE américaine.

Franklin invente, en 1752, le paratonnerre. Il a compris que le fluide ÉLECTRIQUE et la FOUDRE possèdent des caractères communs. Il construit donc un cerf-volant muni d'une pointe métallique qui lui permet d'attirer le TONNERRE "mieux qu'aucune flèche d'église". Son invention connaît un immense succès. C'est donc un homme déjà célèbre que ses compatriotes envoient en France, pour décider Louis XVI à soutenir la cause des Insurgents. En débarquant, Franklin, heureux d'avoir échappé aux navires anglais, jette sa perruque à la MER. Il se couvre d'une toque de fourrure qui deviendra bientôt aussi célèbre que ses lunettes à monture de corne. Le 21 novembre 1783, Franklin assiste au premier vol en montgolfière de PILÂTRE DE ROZIER. Quelqu'un demande : "A quoi peuvent servir les ballons ? - A quoi peut servir l'enfant qui vient de naître ?..." riposte le savant.


FRANÇOIS FRESNEAU

En 1732, le roi Louis XV envoie l'ingénieur français François Fresneau en Guyane, pour reconstruire les fortifications de Cayenne. Celui-ci doit en outre étudier les plantes inconnues.

Fresneau retrouve à Cayenne le savant La Condamine. Celui-ci a rapporté, d'une exploration sur le cours de l'Amazone, des échantillons d'une gomme VÉGÉTALE utilisée par les indigènes : il s'agit du latex, provenant d'un arbre que lui n'a jamais vu. Fresneau se met à la recherche de cet arbre mystérieux qui donne ce caoutchouc aux précieuses vertus. Quelques ANNÉES plus tard, en 1747, alors qu'il remonte en canot la rivière Mataruni, il découvre enfin, croissant en grand nombre sur les rives, l'arbre si longtemps cherché, l'Hevea brasiliensis. Il entaille l'écorce d'un tronc pour recueillir la sève, puis recouvre de cette gomme liquide une paire de bottes en carton et un vieux manteau. Il fabrique ainsi les premières bottes en caoutchouc et le premier imperméable. Rentré en France, Fresneau étudie un traitement pour conserver toute son élasticité au latex, dont il pressent les multiples usages.

François Fresneau

Martin Frobisher
MARTIN FROBISHER

Au cours de 3 expéditions dans l'ARCTIQUE, de 1576 à 1580, l'Anglais Frobisher ( vers 1535 - 1594) doit défendre ses navires contre la BANQUISE. Des difficultés insurmontables pour les bâtiments de son temps le feront renoncer.

Les bateaux de Frobisher sont à quai, dans le port de Plymouth. Un carrosse de voyage fend la foule des curieux; la reine Elisabeth 1ère en descend. Le marin a mis un genou à terre. La souveraine le relève et, le prenant familièrement par le bras, lui confie : "Mon ami, vous savez que l'Espagne et le Portugal nous ferment les routes les plus directes vers les Indes. Il doit en exister une par le nord-ouest, qui rendra riche celui qui la trouvera : je veux que ce soit vous". Quelques semaines plus tard, Frobisher longe une terre GLACÉE quand, au fond d'un FJORD, des êtres inconnus l'accueillent amicalement. Il les décrit "avec des cheveux noirs, une face large et jaune et le nez écrasé, vivant dans des huttes à demi enterrées et s'habillant de peaux de PHOQUES". La ressemblance de ces hommes - des Esquimaux - avec les Chinois frappe aussitôt Frobisher. Il en conclut un peu vite que la Chine est proche, et s'en trouve, à tort, réconforté.


LOUIS DE FRONTENAC 1 référence trouvée

Gouverneur général du Canada à 2 reprises, de 1672 à 1682 et de 1689 jusqu'à sa mort, l'intrépide comte de Frontenac (1622 - 1698) manifeste une grande activité : il étend le domaine royal et soutient la guerre contre les Anglais et leurs alliés, les Iroquois.

Devant les attaques incessantes des Français, l'Angleterre songe à faire la paix. Frontenac autorise l'organisation, à Québec, de grandes fêtes pour célébrer la victoire. Les préparatifs battent leur plein quand on vient lui annoncer l'approche d'une puissante escadre anglaise. Or, la ville est pratiquement vide de troupes. Tout autre que Frontenac s'affolerait. Lui donne l'ordre de réunir, dans la cour de la citadelle, toutes les personnes disponibles, hommes, femmes, enfants, vieillards, et de leur distribuer fusils et uniformes tirés des magasins de l'armée. Entouré de son état-major, Frontenac peut alors recevoir le plénipotentiaire qui a abordé, et rejeter son ultimatum : "Votre maître veut que je me rende ? Le canon que voici lui portera ma réponse !". L'Anglais regagne son bord. Impressionné par le nombre de soldats, il conseille à son AMIRAL de se retirer. Ce que celui-ci fait, sous le feu des pièces françaises.

Louis de Frontenac

Robert Fulton
ROBERT FULTON

Mécanicien américain, Robert Fulton (1765 - 1815) essaie sur la seine, en 1803, son premier bateau à vapeur. Rejeté par la France et l'Angleterre, il rentre en Amérique. Il y construit, en 1807, le Clermont, avec lequel il inaugure, entre New-York et Albany, le premier service régulier de navires à vapeur.

NAPOLÉON, qui n'entend rien aux choses de la MER, déclare à Fulton : "Je n'ai jamais rien vu de plus ridicule que les navires à vapeur". Et celui-ci de se tourner vers l'Angleterre. Il présente au Premier ministre William Pitt, une autre de ses inventions, une "TORPILLE ÉLECTRIQUE". Pitt, séduit, autorise Fulton à faire une démonstration. Le premier lord de l'amirauté, l'AMIRAL Jervis, a parfaitement compris, pour sa part, la grave menace que le "jouet" de Fulton fait peser sur la suprématie navale britannique : il supplie Pitt de renoncer à son idée, mais celui-ci passe outre. Un beau JOUR de 1804, la torpille de Fulton coupe en deux le BRICK danois Dorothea, qui lui sert de cible. Jervis récidive : "Si nous adoptons cet engin, d'autres nations en feront autant et nous ne serons plus les maîtres de la mer !". Pitt a, cette fois, perçu le danger. A son tour, il éconduit Fulton.


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011