Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

P (2/2) de  NICCOLO PICCININO  à  PYTHÉAS
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Niccolo Piccinino
NICCOLO PICCININO

Fils d'un boucher de Pérouse, Niccolo Piccinino (v. 1380 - 1444) est l'un de ces mercenaires qui mettent leur épée au service des princes italiens en guerre les uns contre les autres. Il parcourt l'Italie en tous sens, livrant de nombreuses batailles, enlevant des châteaux, pillant villes et villages.

Les exploits de Piccinino paraissent d'autant plus étonnants qu'il est de constitution fragile - Piccinino veut dire "tout petit" - et à moitié paralysé depuis qu'une flèche lui a traversé le cou. Mais sa force de caractère le porte à la tête de ses soldats dans les combats les plus implacables. Il sait aussi ruser avec adresse. Un JOUR, il est assiégé dans le château de Tenno, près de Brescia, par FRANCESCO SFORZA qui exige une reddition sans condition. Piccinino cherche et trouve un moyen de sortir pour aller chercher du renfort. Il fera croire aux assiégeants qu'une épidémie de peste décime son armée. Un homme sort du château, un gros sac sur le dos, et répond aux sentinelles : "Je porte un homme mort de la peste. Je vais l'ensevelir dans la campagne." On s'écarte de lui avec terreur pour le laisser passer. Dans le sac, Piccinino retient son rire...


PIERRE L'ERMITE

Le moine Pierre l'Ermite (vers 1050 - 1115) est l'un des prédicateurs de la première croisade. Après le concile de Clermont (1095), qui a décidé l'entreprise, il parcourt l'Europe occidentale, pour dénoncer la cruauté des Turcs à l'égard des pélerins chrétiens.

Pierre l'Ermite va toujours vêtu d'une tunique de laine et d'un manteau de bure. Doué d'une grande éloquence, il parcourt villes et villages où il déclenche l'enthousiasme. Après l'avoir entendu raconter son pèlerinage à Jérusalem, ses auditeurs arrachent des poils de sa mule pour les garder comme reliques. Il prêche la délivrance du tombeau du Christ. Répondant à son appel, le peuple, devançant les armées régulières, se met en route, en 1096, au cri de : "Dieu le veut !" Traînant femmes, enfants et vieillards dans des chariots, des dizaines de milliers de croisés traversent l'Allemagne, la Hongrie et la Bulgarie, demandant à chaque ville : "N'est-ce pas là Jérusalem ?" Les Turcs se défont sans mal de ces bandes inorganisées. Par son impréparation, la "CROISADE des pauvres gens" s'achève en massacre. Miraculeusement épargné, Pierre l'Ermite fonde le monastère de Neufmoutier à son retour en Belgique.

Pierre l'Ermite

J.-F. Pilâtre de Rozier
J.-F. PILÂTRE DE ROZIER 1 référence trouvée

Jeune professeur de PHYSIQUE et CHIMIE,le Français Jean-François Pilâtre de Rozier (1756 - 1785) se passionne pour les expériences des MONTGOLFIER. Il décide de monter dons leur ballon, ce que personne n'a encore ose tenter.

Le 15 octobre 1783, pendant 45 minutes, Pilâtre de Rozier s'élève jusqu'à 25 mètres de hauteur dans un ballon retenu au SOL par un câble. Le 21 novembre, il récidive en compagnie du marquis d'Arlandes. Cette fois-ci, plus rien ne relie leur montgolfière à la terre. Pendant 25 minutes, à 1.000 mètres d'ALTITUDE, les 2 hommes survolent Paris, parcourant près de 20 kilomètres. Fier de ce premier succès, Pilâtre de Rozier décide de traverser la Manche. Avec le physicien Romain, il tente la folle aventure dans un aérostat de son invention, formé de 2 ballons superposés : l'un gonflé d'AIR chaud, l'autre d'HYDROGÈNE. Le départ a lieu le 15 juin 1785, à 7 HEURES du matin, de Boulogne-sur-Mer. Malheureusement, les ballons sont rabattus vers la côte par le VENT. Ils prennent FEU et s'écrasent au sol. Les 2 occupants sont tués sur le coup. Premier homme de l'ESPACE, Pilâtre de Rozier en est aussi la première victime.


JEAN DU PLAN CARPIN

Le moine franciscain italien Jean du Plan Carpin (v. 1182 - 1252) fut l'ambassadeur du pape Innocent IV auprès du descendant de GENGIS KHÂN, en Mongolie, avec mission de s'en faire un allié.

Parti de Lyon, à dos d'ÂNE, en 1245, Plan Carpin s'adjoint en route Benoîst de Pologne, un moine qui connaît les langues slaves. Tous deux traversent l'Ukraine et s'enfoncent en Asie, dans l'empire des STEPPES immenses. Ils arrivent enfin à Karakorum où le Khân Guyuk les reçoit sous sa tente impériale. Plan Carpin lui remet le message du pape. Guyuk, homme de bonne volonté, interroge : "Existe-t-il à Rome des gens qui connaissent le russe et le tartare ?" Le FRANCISCAIN, gêné, lui avoue qu'il ne le pense pas. Le Tartare demande alors à Benoîst d'ajouter une traduction en latin aux réponses qu'il leur a faites. L'ambassade s'achève sans résultat politique bien positif. Tout au plus le Khân assure-t'il le pape de ses intentions pacifiques. Plan Carpin rentre à Lyon, en 1248. Il rapporte de son voyage une description de l'Asie centrale de ce temps.

Jean du Plan Carpin

Marco Polo
MARCO POLO 3 références trouvées

L'Italien Marco Polo (1254 - 1324) est l'un des plus grands explorateurs de tous les temps. Il parcourt l'Asie, séjourne 17 ans en Chine et découvre à ses contemporains, dans son Livre des Merveilles du Monde, les mystères de l'Orient.

Marco Polo est avant tout un marchand. Avec son père et son oncle, il se met en route à l'âge de 17 ANS pour un périple de 50.000 kilomètres. A son retour à Venise, en 1295, ses concitoyens, frappés par ses récits, les surnomment "Messer Millione". Peu de temps après, Marco Polo, qui a repris du service dans la flotte vénitienne, est fait prisonnier par les Génois. Au cours de ses 2 ans de captivité, il dicte à l'un de ses compagnons, Rusticello de PISE, le récit de ses aventures. Celui-ci fourmille de renseignements exacts mêlés aux récits fantaisistes nés d'une imagination débordante. Témoin, la description de la recherche des DIAMANTS en Mésopotamie : "Les FLEUVES entraînent les diamants dans les infractuosités des rochers. Pour les ramasser, il faut les recouvrir de morceaux de viande qui se collent dessus... on attend alors qu'un OISEAU avale la viande... et il n'y a plus qu'à lui faire ouvrir le bec, en criant, ou à rechercher ses excréments !"


JUAN PONCE DE LÉON 1 référence trouvée

Ancien compagnon de CHRISTOPHE COLOMB, le CONQUISTADOR espagnol Ponce de Léon (v. 1460 - 1521) obtient d'Ovando, gouverneur d'Hispaniola (Saint-Domingue) le droit de coloniser Borinquen (Porto Rico), d'où il part à la découverte de Bimini.

Bimini est une ÎLE mystérieuse, au nord-ouest des Antilles. Une fontaine de Jouvence y jaillit, dit-on. Ponce de Léon rêve surtout d'y trouver de l'or. Il dépasse l'ARCHIPEL des Bahamas et le dimanche des Rameaux (Pascua Florida, en espagnol) 1513, il arrive en vue d'une côte verdoyante et ensoleillée. Il la nomme Florida, l'actuelle Floride. Cependant, les indigènes, habiles tireurs à l'arc, le forcent à quitter précipitamment ces rivages. Ne s'avouant pas vaincu, Ponce de Léon fait le voyage d'Espagne pour recevoir du roi le titre de gouverneur. Ce n'est que 8 ANS plus tard, après d'autres aventures, qu'il revient en Floride à la tête de 200 hommes. Il veut se faire obéir des Indiens. Mais profitant de leur connaissance du pays, ceux-ci harcèlent sans relâche les Espagnols. Blessé par une flèche, Ponce de Léon meurt en 1521 à Cuba.

Juan Ponce de Léon

Pythéas
PYTHÉAS

Lorsque Pythéas (IVe siècle av. J.-C.) accomplit son long voyage océanique, vers 330 av. J.-C., il est déjà célèbre pour avoir calculé la latitude de Marseille, sa ville natale.

Si l'on en croit sa Description de l'OCÉAN, Pythéas quitte Marseille avec 2 navires. Son but : visiter les MINES d'étain de Cornouailles et rivaliser avec les Phéniciens. Il franchit les colonnes d'Hercule - l'actuel détroit de Gibraltar -, longe les côtes atlantiques et arrive enfin à Belerium, à l'extrême pointe sud-ouest de la Grande-Bretagne. Là, il assiste à l'extraction de l'étain de "VEINES terreuses", à son tri et à sa purification. Sa curiosité satisfaite, il poursuit sa route vers le nord. Il aborde dans une ÎLE qu'il baptise Thulé, où le JOUR, à son grand étonnement, dure 24 HEURES. Au-delà, affirme-t-il, MER, CIEL et terre se fondent en une masse compacte, un "poumon marin". On pense aujourd'hui que Thulé n'est autre que l'Islande et que le "poumon marin" de Pythéas était en fait une zone de BROUILLARD épais, comme on en rencontre fréquemment dans ces parages. Thulé n'en fut pas moins considérée, durant l'Antiquité et le Moyen Age, comme un "bout du monde".


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011