Je Sais Tout ... Je Sais Tout ... L'Histoire Accueil

Pour passer au mode "LIVRE" (toutes les définitions d'une même catégorie par pages), cliquez sur le titre de la définition.

Cour des Miracles
COUR DES MIRACLES

Dans l'ancien Paris, les honnêtes gens, ou simplement ceux dont la bourse était bien garnie, évitaient soigneusement de circuler dans la Cour des Miracles, quartier délimité par les rues Saint-Sauveur, des Petits-Carreaux, du Caire et Saint-Denis. Ils ne voulaient pas risquer de se faire dévaliser !

Pendant tout le Moyen Age, les guerres, les troubles politiques, les épidémies et les famines avaient entassé dans la Cour des Miracles une population grouillante, composée de mendiants et d'estropiés. On en comptait près de 80.000. Il y avait aussi les faux mendiants ou "caïmans" ! En mélangeant de la farine, de la peinture et du SANG, ils se fabriquaient des plaies atroces. En avalant des MÛRES et du vermillon, ces "malheureux" crachaient le sang. Cependant, ces brigands avaient copié l'organisation économique de leur époque : groupés dans une corporation, ils avaient leur règlement et leur hiérarchie. Pour devenir maître, il fallait réaliser un chef-d'oeuvre : couper la bourse d'une femme agenouillée dans une église ! Victor Hugo a remarquablement décrit cette Cour des Miracles dans son célèbre roman "Notre-Dame de Paris".



Cette définition vous est offerte par Y fo lire !