Je Sais Tout ... Je Sais Tout ... Les Animaux et les Plantes Accueil

Pour passer au mode "LIVRE" (toutes les définitions d'une même catégorie par pages), cliquez sur le titre de la définition.

Ortie
ORTIE1 référence trouvée

Qui s'y frotte s'y pique ! S'il est une HERBE qu'il faut éviter de saisir à la poignée c'est bien l'ortie. Ses feuilles, hérissées de petits poils qui contiennent un liquide ACIDE, provoquent des démangeaisons bien désagréables. Cette plante, l'ortie brûlante, pousse un peu partout dans les haies, les buissons, les lieux incultes. L'ortie blanche, elle, ne pique pas. Elle croît le plus souvent avec l'ortie brûlante, dont on ne peut la distinguer que par ses FLEURS. Celles de l'ortie blanche sont groupées en couronnes à la naissance des feuilles tandis que celles de l'ortie brûlante sont réunies en grappes sur des petites tiges.

Longtemps la feuille d'ortie a servi à nourrir les ANIMAUX de la ferme. Autrefois les marchands de CHEVAUX la mélangeaient, hachée, à l'AVOINE pour donner aux bêtes âgées un poil brillant et une ardeur nouvelle capables de séduire les acheteurs. La GRAINE d'ortie, dans la pâtée des POULES, leur fait pondre des oeufs plus nombreux et plus beaux. La tige donne un fil résistant que les pêcheurs de certains pays, comme la Hollande et la Sibérie, utilisent pour la fabrication des CORDAGES et des filets. Jadis, l'ortie tenait également une place importante dans la médecine. Elle entrait dans la composition de médicaments destinés à soigner l'anémie et les rhumatismes.



Cette définition vous est offerte par Y fo lire !