Je Sais Tout ... La Mer Retour Menu  Accueil

C (2/5) de  CARRÉ  à  CHARPENTIER DE MARINE
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Carré
CARRÉ

Cabine principale d'un navire, le carré est à la fois salon et salle à manger : c'est, par exemple, le carré des officiers sur un bateau de guerre. Le phare carré est l'ensemble des voiles quadrangulaires d'un grand voilier. Brasser carré consiste à orienter les vergues perpendiculairement au mât.

"Le commandant vous prie à déjeuner au carré des officiers." L'invitation nous parvient alors que nous venons d'arriver à Tahiti après une traversée du Pacifique à la voile. C'est le signe d'amitié des marins de guerre aux amateurs que nous sommes, et nous ressentons tout l'honneur qui nous est fait. Sur l'escorteur mouillé dans le port de Papeete, le carré des officiers n'est pas bien vaste, mais les traditions de la marine sont respectées. Le commandant et ses officiers sont en tenue blanche immaculée, et le maître d'hôtel, un matelot également en blanc, sert les apéritifs. Lieu de détente, le carré contient une bibliothèque, et les murs sont ornés de souvenirs de navigation, colliers de COQUILLAGES des Tuamotu, aquarelles, etc. Le déjeuner est bientôt prêt : les CRUSTACÉS ont été apprêtés par un habile cuisinier. Tout le monde se régale. "C'est un bon carré", commente l'officier en second.


CARTE MARINE 1 référence trouvée

Carte géographique sur laquelle sont tracés les contours des côtes, la carte marine présente surtout l'avantage de fournir les indications indispensables à la navigation : profondeurs d'EAU, nature du fond, dangers, courants, phares...

L'aviso-cartographe revient de campagne. Pendant des semaines, il a inlassablement parcouru une étroite portion de MER, effectuant, au sondeur à ULTRA-SONS, des millions de relevés des profondeurs. Grâce à des instruments très précis, il a contrôlé la position des AMERS, des hauts-fonds, vérifié la force et la direction des COURANTS. Cet énorme travail va maintenant être utilisé et reporté sur une carte marine : c'est le rôle du Service hydrographique, installé à Brest. Les cartographes dessinent les contours de la côte, les lignes de sonde sur une feuille vinylique transparente qui sert de matrice. Reportée sur une plaque en zinc par photogravure, la matrice permet alors d'imprimer la carte marine sur un papier robuste qui ne craint pas l'humidité. Ainsi, les marins disposent d'une carte pour naviguer avec précision, éviter les dangers, PÊCHER sur les fonds favorables.

Carte Marine

Catamaran
CATAMARAN

Voilier à deux coques, le catamaran équilibre la pression du VENT sur les voiles grâce à la stabilité fournie par sa grande largeur. Dépourvu de quille, très léger, le catamaran atteint des vitesses élevées, mais un brusque coup de vent peut le faire chavirer.

La risée vient. Le Tornado accélère. Les deux légères coques de 6 mètres, reliées par une structure de tubes d'aluminium, sautent sur le clapot. Le barreur tire sur le brin de la grande écoute. Le Tornado accélère encore... 10 noeuds, 12..., 15 noeuds. L'équipier est au trapèze, l'écoute de foc à la main. Entre les coques, la VAGUE monte, claque dans la toile, le sillage blanchit, le Tornado vole sur les crêtes. L'une des coques se soulève, malgré le contrepoids du barreur et de l'équipier, les embruns giflent les hommes, à grandes giclées. Le barreur joue de la barre, de l'écoute, le Tornado fonce sur son unique coque, griffant la MER. Dans un panache d'écume, il double les voiliers classiques, passe sous le nez d'un CHALUTIER, nargue les paisibles promeneurs. Traversant la RADE comme un rêve de vitesse, le Tornado fonce tandis que l'équipage, heureux, trempé, rit, ivre de joie.


CHAÎNE ALIMENTAIRE 1 référence trouvée
voir les 2 définitions

Les êtres qui vivent dans la MER se nourrissent en se mangeant les uns les autres. La plupart des poissons sont carnivores. La chaîne alimentaire commence avec le plancton, minuscules organismes végétaux et animaux qui flottent entre deux EAUX.

Le PHYTOPLANCTON, composé d'ALGUES microscopiques, sert de nourriture au PLANCTON ANIMAL et aux petits CRUSTACÉS qui, eux-mêmes, sont dévorés par le HARENG, le MAQUEREAU et même les REQUINS géants. Lorsque les pêcheurs capturent une BALEINE, ils peuvent trouver plus de 5.000 harengs dans son estomac. Un hareng peut lui-même contenir 7.500 petits crustacés, et l'un de ces minuscules animaux est capable d'absorber 130.000 DIATOMÉES, plancton VÉGÉTAL de taille microscopique. Il faut donc 400 milliards de diatomées pour nourrir une baleine. Ces cruelles lois de la NATURE sont indispensables pour compenser l'extraordinaire prolifération de certaines espèces : si toutes les MORUES survivaient sans qu'un POISSON les dévore ou qu'un CHALUT les capture, la totalité de l'EAU de l'OCÉAN Atlantique disparaîtrait en 6 ANS : elle serait remplacée par les morues.

Chaîne Alimentaire

Challenger
CHALLENGER 1 référence trouvée

Il y a 100 ans, le Challenger, trois-mâts britannique, effectua le premier tour du monde ayant pour but l'exploration des profondeurs océaniques. Il découvrit près de 5.000 espèces inconnues et fonda une science nouvelle, l'océanographie.

"Nous voilà drôlement gréés !" s'esclaffent les marins du Challenger. Accoudés à la lisse, au chaud dans leurs chandails et leurs cabans, ils voient avancer un étonnant cortège de messieurs compassés, le visage pâle, les mains fines, en col blanc et redingote, escortés d'assistants portant avec soin de fragiles instruments. Ce sont les savants qui, à bord du trois-mâts, doivent effectuer les travaux de recherches. Aucun n'est accoutumé à la rude VIE en MER. Et le résultat ne se fait pas attendre : le 7 décembre 1872, lorsque le voilier débouche de la Tamise, le temps est affreux. Terrassés par le mal de mer, les savants doivent être débarqués : ils gagneront Portsmouth par la route. Courageusement, le 21 décembre, ils réembarquent, surmontent leurs malaises et, en 3 ANS, accumulent un tel lot d'observations qu'il faudra ensuite 23 ans pour les analyser.


CHALOUPE 7 références trouvées

Embarcation annexe d'un navire de guerre, manoeuvrée jadis à l'aviron et désormais au moteur, la chaloupe mesure 9 à 13 mètres de long; elle sert à assurer la liaison entre le navire au mouillage sur RADE et la terre.

"A déborder les bossoirs !" Les filins grincent dans les poulies, la chaloupe descend vers la MER. Le maître siffle, les matelots manoeuvrent à son commandement. Alignés près de la coupée, les permissionnaires attendent d'embarquer : ils ont revêtu leur tenue de sortie fraîchement repassée, ciré leurs chaussures, et subi l'inspection. " Largue devant, largue derrière !" Propulsée par 6 paires d'AVIRONS, la chaloupe quitte le navire. Mais voici qu'une autre chaloupe vient à contre-bord. L'AMIRAL se trouve à son bord. "Lève rame", ordonne le patron : les avirons sont hissés verticalement, en salut à l'amiral. Peu après, arrive encore une chaloupe moins prestigieuse, aux peintures un peu ternies. Véritable camionnette de livraison, elle est chargée de sacs de POMMES DE TERRE, de caisses de vivres. Les permissionnaires saluent de leurs quolibets cette chaloupe pourtant bien utile, et qu'ils appellent "la poste aux CHOUX".

Chaloupe

Chalut
CHALUT 12 références trouvées

Vaste filet remorqué sur le fond de la mer par des profondeurs qui peuvent atteindre plus de 100 mètres. La PÊCHE au chalut est pratiquée aussi bien par de petits navires côtiers que par d'énormes navires-usines mesurant plus de 100 mètres.

Le navire obstiné roule et tangue, peinant à remorquer le lourd chalut qui racle le fond de la MER. A la barre, un seul matelot, attentif à gouverner droit. Près du chalut, un BOSCO veille sur la tension des câbles. Tout le reste de l'équipage, terrassé de fatigue, s'est abattu sur les couchettes, pour une HEURE ou deux. "A virer", crie le patron. Les hommes apparaissent sur le pont, silhouettes massives en pantalons cirés montant jusqu'aux aisselles, en lourdes bottes, le bonnet enfoncé jusqu'aux yeux. Les bobines des treuils halent le filin métallique, les poulies grincent, hurlent, chuintent; le filet, peu à peu, monte du fond de la mer. La poche basculée déverse sur le pont un flot glissant, gluant, grisâtre : toutes les bêtes arrachées aux profondeurs. Les hommes se penchent, leurs doigts cherchent, trient le POISSON le plus précieux, SOLES, dorades, GRONDINS. Le chalut est remis à l'EAU. Un nouveau "trait" commence.


JEAN-BAPTISTE CHARCOT 1 référence trouvée
voir les 2 définitions

Né à Neuilly, mort en MER Jean-Baptiste Charcot (1867 - 1936), docteur en médecine, explora l'ANTARCTIQUE et l'ARCTIQUE à bord du Français, puis du Pourquoi pas ? qui disparut au large de l'Islande le 16 septembre 1936. Il n'y eut qu'un rescapé.

Dans la propriété qu'habite M. Laurent-Richard au 19, avenue de Madrid, à Neuilly, un bassin, au centre du JARDIN, fascine le petit-fils du propriétaire. Ce gamin de 5 ANS, en costume marin, s'appelle Jean-Baptiste Charcot. Il aime faire naviguer ses petits voiliers sur le bassin; il a aménagé un port miniature, sous l'avancée de rocaille, et l'a baptisé "Port des Yachts". Un JOUR, le jeune Jean-Baptiste, échappant à la surveillance de sa gouvernante, sort d'un appentis une vieille caisse à savon. Un bâton, maintenu tant bien que mal, sert de mât, et un torchon devient la voile. A l'aide d'un fond de bidon de peinture, le capitaine ÉCRIT maladroitement, en énormes lettres rouges, le nom de son premier bâtiment : Pourquoi pas ?. Puis il se lance sur les EAUX du bassin; Jean-Baptiste Charcot appareille pour sa première aventure nautique.

Jean-Baptiste Charcot

Charpentier de Marine
CHARPENTIER DE MARINE 2 références trouvées

Menuisier spécialisé dans la construction et la réparation des navires en bois, le charpentier de marine était l'un des artisans importants des chantiers navals. Outre les outils classiques du menuisier, il utilisait des outils particuliers comme la hache d'élagueur et l'herminette.

L'homme recule de quelques pas, il évalue à l'oeil l'énorme poutre non équarrie destinée à devenir la pièce de quille. Il se saisit d'une sorte de hache affûtée comme un rasoir et, sans plans, se fiant à son seul instinct, il taille à puissants coups de son instrument. Les éclats de bois volent. Peu à peu, le galbe se dessine, la poutre devient navire, la forme des lignes d'EAU s'esquisse. La hache laisse toutefois quelques traces qu'il convient d'affiner Un artisan intervient, armé d'un outil encore plus étrange, l'herminette, une sorte de binette au tranchant effilé. L'homme travaille entre ses pieds, à petits coups si précis que les copeaux volent, légers et blonds, et qu'un simple ponçage suffit à parfaire le travail. Façonné comme une sculpture par des artisans à la prodigieuse habileté, un nouveau navire est en train de naître.


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011