Je Sais Tout ... La Science Retour Menu  Accueil

C (4/5) de  COMBURANT  à  CORONAIRES
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Comburant
COMBURANT 5 références trouvées

Corps qui, combiné avec un autre corps, fait brûler ce dernier avec un fort dégagement de CHALEUR dont il est parfois possible de tirer parti, comme dans les moteurs d'autos ou d'avions.

Frottez une allumette et jetez-la dans une petite bouteille. L'allumette brûlera entièrement. Recommencez l'opération, mais cette fois, bouchez la bouteille aussitôt après y avoir jeté l'allumette enflammée. L'allumette s'éteindra : elle ne pourra plus brûler lorsque tout l'OXYGÈNE présent dans la bouteille aura été consumé. L'oxygène est un comburant. Celui qui est contenu dans l'AIR permet à un CARBURANT de brûler. Une AUTOMOBILE, un avion se déplacent parce que l'oxygène de l'air permet la combustion du carburant emporté dans leurs réservoirs. Au-delà de 35 kilomètres d'ALTITUDE, il n'y a plus suffisamment d'oxygène pour assurer le fonctionnement d'un moteur. C'est pourquoi les fusées emportent leur propre réserve de comburant. Ce comburant, l'oxygène liquide, a été choisi parce qu'il tient moins de place. En effet, 1 litre d'oxygène liquide représente 800 litres d'oxygène gazeux tel qu'il est présent dans l'air.


COMÈTE 3 références trouvées
voir les 2 définitions

ASTRE qui se présente sous la forme d'un point lumineux entouré d'une auréole gazeuse et suivi d'une longue queue lumineuse.

Jean-Claude est très déçu. On avait beaucoup parlé autour de lui de la comète Kohoutek qui aurait dû apparaître aux environs de Noël 1973. Il comptait bien la voir, mais personne ne l'a aperçue. Jean-Claude devra patienter jusqu'en 1985. Cette année-là, la comète de Halley reviendra nous rendre visite, comme elle le fait tous les 75 ANS depuis près de 2.500 ans. Cette comète sera facile à observer car elle est très lumineuse et sa queue peut s'étendre sur 1.800.000 kilomètres. Une comète se compose d'un NOYAU, fait de poussières cosmiques, de MÉTÉORITES et de blocs de GLACE, qui mesure rarement plus de quelques centaines de mètres de diamètre. Lorsque la comète s'approche du SOLEIL, les gaz du noyau s'échappent et composent cette auréole vaporeuse que l'on appelle la chevelure. Ces gaz forment ensuite une longue queue que le Soleil illumine brillamment. Après avoir contourné le Soleil, une comète disparaît dans les extrêmes profondeurs de l'ESPACE, pour, parfois, ne plus jamais revenir...

Comète

Compteur Geiger
COMPTEUR GEIGER 2 références trouvées

Appareil destiné à déceler la présence de substances RADIOACTIVES et à mesurer l'intensité du rayonnement qui en émane.

Des spéléologues ont découvert un petit cours d'EAU qui coule à 150 mètres au-dessous du niveau du SOL et veulent savoir quelle rivière alimente ce RUISSEAU. Ils jettent dans le cours d'eau souterrain quelques gouttes d'un TRACEUR. Le lendemain, les spéléologues se postent au bord de chacune des rivières qui arrosent la région. Chacun est muni d'un petit appareil pourvu d'un haut-parleur et d'un compteur fait d'un cadran gradué. C'est un compteur Geiger. Soudain l'un des compteurs émet des crépitements, d'abord faibles et espacés, puis de plus en plus puissants, tandis que sur le cadran une aiguille s'agite de plus en plus fortement. Le traceur jeté dans le cours d'eau passe devant l'appareil. Ce dernier est tellement sensible qu'il détecte la présence d'une goutte de traceur dans 50.000 litres d'eau ! Le compteur Geiger permet aussi de déceler des gisements contenant de l'URANIUM, de suivre le cheminement dans une plante d'un ENGRAIS auquel on a ajouté un traceur et celui de certains médicaments dans le corps.


CONDENSATEUR 3 références trouvées

Dispositif capable d'emmagasiner de fortes charges d'électricité et de les libérer d'un seul coup, par exemple pour donner naissance à des ondes radiophoniques.

Le condensateur n'était à l'origine qu'une curiosité et, à l'occasion, un dispositif permettant de faire des farces. Vers 1745, ceux qui étudiaient l'ÉLECTRICITÉ rêvaient de mettre en conserve le "FEU électrique", comme on l'appelait alors. Van Musschenbroek, un Hollandais, y parvint le premier en 1746 en utilisant une fiole remplie d'EAU et bouchée. La pointe d'un clou traversant le bouchon venait toucher l'eau. La tête du clou était ensuite mise un moment en contact avec les CONDUCTEURS d'une machine à produire de l'électricité. Lorsque, plus tard, quelqu'un posait son doigt sur la tête du clou, il recevait une forte décharge provenant de l'électricité qui s'échappait d'un seul coup de la fiole où elle était restée enfermée. Les condensateurs modernes libèrent de très fortes décharges électriques en quelques millionièmes de seconde. On utilise des condensateurs notamment pour émettre des ONDES radiophoniques, ainsi que pour capter les émissions dans les appareils de radio.

Condensateur

Conductibilité
CONDUCTIBILITÉ 14 références trouvées

Propriété de certaines matières de livrer passage à un courant électrique avec plus ou moins de facilité selon leur NATURE.

En 1729, Gray et Wehler, 2 Britanniques, semblent se livrer à un drôle de jeu. Wehler tient à la main un gros bâton de verre que, de temps à autre, il frotte énergiquement avec un chiffon. C'est, à l'époque, le seul moyen connu de produire de l'ÉLECTRICITÉ. A 7 ou 8 pas de là, Gray tient dans sa main une boule d'ivoire reliée au bâton de verre soit par une corde de soie ou de chanvre, soit par un fil de fer ou de cuivre, soit par d'autres matières, selon les cas. Gray présente la boule d'ivoire à un petit morceau de fer : si la boule attire le fer, c'est que le lien entre le bâton de verre et la boule a livré passage à l'électricité contenue dans le bâton de verre. Ce lien est donc bon conducteur d'électricité. Gray et Wehler identifient ainsi diverses matières conductrices. Le platine et l'or sont les meilleurs conducteurs d'électricité connus. Mais, parce qu'ils sont trop chers, on utilise généralement le cuivre et l'aluminium.


CONSTELLATION 11 références trouvées
voir les 2 définitions

Groupe d'étoiles qui dessinent dans le ciel des figures facilement reconnaissables à l'oeil nu. Certaines d'entres elles ont longtemps permis aux navigateurs de s'orienter.

L'homme des cavernes avait déjà remarqué que, dans le CIEL nocturne, certains ASTRES demeuraient immobiles et composaient des figures qui ne changeaient jamais. Dès qu'il eut inventé l'ÉCRITURE, voici quelque 7.000 ANS, l'homme grava des représentations de ces figures immuables sur des tablettes d'ARGILE. Par la suite, il a donné des noms à ces images qui lui permettaient de s'orienter la NUIT en regardant le ciel. C'est ainsi que fut nommée Petite OURSE une constellation composée de 7 ÉTOILES qui paraissaient représenter grossièrement un ours et dont la plus brillante indique la direction du nord. La Grande Ourse est une constellation représentant la même figure que la Petite Ourse, mais dont les 7 étoiles sont beaucoup plus éloignées. On compte ainsi des dizaines de constellations dont chacune porte un nom précis : le CHIEN, la Balance, le LION, etc. Celui qui observe le ciel à l'oeil nu, parvient rapidement à reconnaître ces constellations.

Constellation

Convertisseur
CONVERTISSEUR 1 référence trouvée

Appareil à l'intérieur duquel la fonte en fusion est débarassée de ses impuretés, qui sont brûlées par un courant d'AIR, et convertie en acier.

L'énorme cornue autour de laquelle s'affairent des ouvriers portant des lunettes noires vomit sans discontinuer un furieux TORRENT d'étincelles. Mais voici que, lentement, la grosse cornue bascule. Un liquide épais, éblouissant, qui émet une CHALEUR intense, s'écoule vers des moules en forme de parallélogrammes à l'intérieur desquels il refroidira lentement. Ce liquide, c'est de l'ACIER. La grande cornue dont il sort est un convertisseur du type imaginé par HENRY BESSEMER vers 1850. Au début de l'opération, cet appareil avait été rempli de fonte en fusion. Par le dessous du convertisseur, de l'air comprimé avait été insufflé en force dans la fonte liquide. L'OXYGÈNE contenu dans l'air avait aussitôt fait brûler les impuretés présentes dans ce métal brut, ainsi qu'une partie du CARBONE qui y était mêlé. C'est la combustion de ces impuretés qui faisait jaillir le torrent d'étincelles vomi par le convertisseur. Ainsi la fonte s'était transformée en acier. Il existe plusieurs types de convertisseurs.


CORONAIRES 1 référence trouvée

Artères, disposées en forme de couronne, qui alimentent le coeur en sang chargé des principes nutritifs dont il a besoin pour fonctionner.

Chaque fois qu'un pompiste verse de l'essence dans le réservoir d'une AUTOMOBILE, il met en marche une pompe dit "pompe aspirante-refoulante". Cette pompe aspire le CARBURANT dans la citerne et le refoule dans le réservoir de l'automobile. L'homme possède dans sa poitrine une extraordinaire pompe aspirante-refoulante : le coeur. Gros comme le poing, chez un adulte, pesant 300 grammes en moyenne, il aspire et refoule en moyenne 5 litres de SANG par minute. A ce rythme, il remplirait en 24 HEURES un camion-citerne de 10.000 litres ! La pompe à essence fonctionne à l'ÉLECTRICITÉ. Le coeur, lui, est un MUSCLE et a besoin de sang pour fonctionner. Ce sont les ARTÈRES coronaires, disposées en forme de couronne autour de la partie supérieure du coeur, qui alimentent le muscle cardiaque en sang chargé d'OXYGÈNE et de principes nutritifs. Si le débit des artères coronaires diminue, le coeur en souffre. Un caillot obstruant une artère coronaire provoque le redoutable infarctus du myocarde.

Coronaires

Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011