Livres de S-F Fleuve Noir - Anticipation Retour Menu  Accueil

TitreLes Ides de Mars     AuteurPeter RANDA     GenreS-F


Les Livres

Les Ides de Mars
01 -Les Ides de Mars(1967)- n° 331 [H.S.18]

L'Histoire par Jean-Marc PISSARD   le 08/10/2001.

Des explorateurs reviennent de Mars. Phillipe Bréval retrouve son ancienne fiancée Gilda. Ceux-ci sont assassinés par le mari de Gilda. Et pourtant ils sont toujours en vie, leurs pouvoirs augmentent...


Mon Avis par Jean-Marc PISSARD   le 08/10/2001.

Pouvoirs génants qui déchainent des passions.
Tout y passe : bassesses, trahisons, jalousies, soif de pouvoir...
Le mauvais coté de la force !

Peu intéressant, car embrouillé !



Votre Avis


par Eric A.   le 08/04/2003.
Les dangers de l'exploration spatiale et les pouvoirs psychiques sont les deux thèmes qui sont à la base de ce récit.

Il semble effectivement que cette histoire manque d'une trame plus solide mais n'est-ce pas pour mieux marquer la confusion dans laquelle se trouvent les deux héros ?



par Scrama   le 11/04/2010.
C'est un mec, il va sur Mars. Un incident vite oublié là-haut. Revenu sur terre, notre héros se découvre des pouvoirs dignes d'un super-héros. La traque commence...
Il faut lire ce bouquin à 14 ans, et là on comprend tout tout tout à une histoire qui n'est en fait pas embrouillée (en tout cas pour quelqu'un de 14 ans).

C'est le premier bouquin de Peter Randa que j'ai lu, encore ado.
Je n'ai jamais retrouvé le même plaisir dans tous les autres romans de cet auteur, même si d'autres peuvent être plus intéressants, quoi que très répétitifs dans l'ensemble. (C'est un mec il arrive, y'a un gros problème, avec ses petits bras et son fulgurant, il résoud à lui seul ce que toute une armée n'aurait pas résolu, et là on voit bien que l'homme blanc terrien c'est ce qui se fait de mieux dans l'univers, ou quelque chose comme ça.
J'adore le style très direct et dépouillé de Randa, bien meilleur d'ailleurs dans ses romans policiers que dans ses récits d'anticipation à deux balles (il a tout de même parlé de l'euro avant tout le monde !).
C'est écrit à la première personne, nous sommes le héros, et nous n'avons pas vraiment le temps de penser différemment de lui, ce qui serait pourtant beaucoup plus sain !

Politiquement parlant, en effet, c'est une autre histoire !
Autant le dire tout net, Randa oscille entre anarchie fascisante et fascisme anarchisant.
Moins que son fils toutefois, qui milite à l'extrême droite, je dis (ah ! ce tic d'écriture : "je dis" !).
Sous prétexte de donner leur chance aux audacieux, Randa est pour une société de castes où le social n'a pas sa place. Les pauvres sont pauvres parce qu'ils le veulent bien ou parce qu'ils l'ont mérité, c'est de l'ultralibéralisme avant l'heure. Randa veut que tout marche au mérite. Le hic ! c'est que le mérite ne peut être pour lui que le résultat d'une action hors norme, asociale, strictement individualiste.
Le type qui se sacrifie pour faire tourner la machine au profit de tous (le fonctionnaire par exemple), n'a à ses yeux aucun mérite, et à peine le droit d'exister. Il n'éprouve pour lui que du mépris. Sauf que son beau militaire sorti de l'alcoolisme pour sauver l'univers ne serait absolument rien, si ce n'est une racaille cosmique, sans l'existence de tous les sacrifiés de la logistique.

C'est bien beau la révolte, mais si elle ne sert qu'à écraser son prochain, merci !
A ce détail près, hormis aussi le manque flagrant de consistance de la plupart des romans d'anticipation de Peter Randa, quand on est dedans, on y croit, on lit d'une traite sans reprendre son souffle. Un peu comme la télé réalité pour qui s'y laisse embarquer.
Tout de même, préférez ses polars, c'est là que Peter Randa est le meilleur, même si les flics ne font que de la figuration (l'enquête piétine, mais le "héros" trouve le moyen de se faire châtier par le destin).




J'attend vos commentaires, n'hésitez pas à les rajouter en cliquant ICI !


Dernière modification de cette page le Dimanche 11 Avril 2010