Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

I (1/1) de  IGNACE DE LOYOLA  à  ITÔ HIROBUMI
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Ignace de Loyola
IGNACE DE LOYOLA

Officier espagnol blessé au siège de Pampelune (1521), Ignace de Loyola (1491 - 1556) décide, après un pèlerinage à Jérusalem, de devenir soldat du Christ. Il fonde la Compagnie de Jésus, dont il est le premier général en 1541.

Véritable Don Quichotte, Ignace ne rêve que d'imiter les héros des romans de CHEVALERIE. En lui brisant la jambe, un obus français change sa destinée. Obligé de garder le lit, Ignace étudie la VIE des saints et s'enflamme pour leurs exploits. A peine guéri (mais boiteux pour la vie), il entreprend de se rendre au monastère de Montserrat. On raconte que, cheminant sur sa mule, il rencontre un converso (Maure converti au catholicisme). La discussion s'engage, on parle religion, puis chacun reprend sa route. Un ou deux kilomètres plus loin, Ignace, mécontent des propos tenus par le Maure sur la Sainte Vierge, fait demi-tour à bride abattue. Il rattrape son interlocuteur. La discussion reprend, violente et passionnée, à tel point qu'Ignace finit par tuer le converso. Que faire ? Doit-il se livrer à la justice ou poursuivre sa route jusqu'au monastère ? Il laisse sa mule décider pour lui. Celle-ci - inspirée par Dieu ? - l'emporte vers Montserrat.


ITÔ HIROBUMI

Homme d'Etat japonais, le marquis Itô (1841 - 1909) est 4 fois président du Conseil. Auteur de la constitution de 1889, il est aussi l'artisan de l'annexion déguisée du royaume de Corée, auquel le Japon impose son protectorat en 1904. Il meurt, assassiné par un Coréen, en 1909.

Itô Hirobumi est un samouraï qui se bat, comme il le dit lui-même, "en habit queue de PIE". En février 1904, tandis que les Japonais investissent Port-Arthur, il se rend auprès du roi de Corée, à Séoul, pour lui faire signer le traité qui livre son pays au Japon. Devant la réticence du souverain, Itô convoque lui-même le Grand Conseil, de NUIT, comme la coutume l'exige. La première nuit, il tente de séduire monarque et dignitaires : en vain. La deuxième nuit, il les menace : toujours en vain. La troisième nuit, accompagné de soldats en armes, il pénètre dans la salle du trône et place, sous les yeux du roi, le texte du traité préparé d'avance. "Je n'ai pas le sceau royal", bredouille le souverain. "Je vais le faire chercher !" rétorque Itô. Lorsqu'on lui apporte le sceau, il le met de force dans la main du roi et oblige celui-ci à l'apposer sur le document.

Itô Hirobumi

Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011