Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

T (1/2) de  TAMERLAN  à  VALENTINA TERECHKOVA
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Tamerlan
TAMERLAN

On l'appelle "Timour", "l'Homme de fer" et, lorsqu'une flèche l'a rendu boiteux, "Timour Lenk" dont on a fait Tamerlan (1336 - 1405). Il fonde le second Empire mongol et laisse le souvenir d'un conquérant sanguinaire.

Couronné de RUBIS, coiffé d'un casque de fer noir, Tamerlan brandit une massue en forme de tête de BOEUF. Avant de les attaquer, il ÉCRIT à ses adversaires : "Je vous donne l'ordre de mourir !" Il laisse, derrière lui, des pyramides de crânes humains, au sommet desquelles brûlent, JOUR et NUIT, des torches de naphte. Pourtant, cet homme, qui ravage une grande partie de l'Asie et de la Russie, et fait si peu de cas de la VIE humaine, prend soin d'épargner artistes et savants. Il a coutume de dire : "Un céramiste original m'est plus précieux qu'un roi prisonnier." Ainsi, après le siège de Damas, il pille les objets d'art, les pierres précieuses et déporte tous les artisans tombés entre ses mains. Il les envoie à Samarkand, sa capitale. Lorsqu'il meurt, musulman convaincu d'être investi d'une mission divine, Tamerlan ose dire : "J'ai tué tous ces infidèles pour la gloire de Dieu."


TARTAGLIA

Le mathématicien italien Niccolo Fontana, dit Tartaglia (1499 - 1557), doit son surnom, qui signifie "bègue", à une grave blessure au visage reçue lors de la prise de Brescia (sa ville natale) par les soldats de Gaston de Foix en 1512. Il n'en devient pas moins professeur à Venise en 1534.

A cette époque, les mathématiciens se lancent des défis - véritables duels soutenus par des parieurs - concernant la solution de certains problèmes. En 1535, Tartaglia relève et gagne sur ses compétiteurs un défi portant sur les équations du troisième degré. Ses rivaux, étonnés, le pressent de questions sur sa méthode. L'un d'eux, Jérôme CARDAN, insiste tant que Tartaglia lui confie son procédé, sous le sceau du secret. Cardan tient parole jusqu'au JOUR où, en 1545, il publie un ouvrage dans lequel, outre des travaux personnels, il révèle la règle - que lui-même améliorera plus tard - de Tartaglia. Celui-ci lui adresse de violents reproches. L'affaire manque se terminer par un duel. Curieuse collaboration que celle-ci, pour aboutir à la définition d'une théorie qui sert aujourd'hui aux calculs des ingénieurs.

Tartaglia

Abel Janszoon Tasman
ABEL JANSZOON TASMAN

Les relevés établis par les explorateurs de l'OCÉAN Austral ne donnent, en 1642, qu'un aperçu très partiel des terres situées dans cette partie du globe. Van Diemen, gouverneur hollandais de Batavia, dans l'île de Java, charge son compatriote Tasman (v.1603 - v.1659) de les compléter.

Bon observateur et remarquable dessinateur, Tasman part de Batavia pour un périple extraordinaire, qui va lui permettre de cerner à distance un CONTINENT en grande partie encore inconnu. Après une escale dans l'ÎLE Maurice, il rencontre, sur la route du Sud, une île qu'il baptise Terre de Van Diemen, aujourd'hui nommée Tasmanie. A l'Est, il découvre la Nouvelle-Zélande qu'il quitte, à peine débarqué, tant est grande l'hostilité des indigènes. Il remonte jusqu'aux Fidji puis revient vers l'Ouest. Il longe alors la côte de la Nouvelle-Guinée avant de regagner Batavia. Il a ainsi accompli, le premier, un long voyage dont le tracé donne une image - encore floue, certes, mais assez proche déjà de la réalité - du continent appelé, de son temps, Nouvelle-Hollande, et qui deviendra plus tard l'AUSTRALIE. Et cela sans avoir jamais aperçu les côtes de ce "continent fantôme".


WILHELM VON TEGETTHOFF

Amiral autrichien, Tegetthoff (1827 - 1871) bat les Danois à Helgoland en 1864. Le 20 juillet 1866, il remporte sur l'Italie la victoire de Lissa.

Lissa est, avant tout, la victoire de la jeunesse et de l'audace. Tegetthoff a 38 ANS, l'AMIRAL italien Persano, 22 de plus. Son escadre est inférieure en nombre à l'escadre italienne : 7 frégates contre 11 CUIRASSÉS. Mais, mieux entraînée, elle est animée d'un esprit offensif que traduit parfaitement l'ordre donné : "Courir sus à l'ennemi et le couler." La ligne de bataille italienne s'étire sur 10 kilomètres. Au contraire, Tegetthoff a groupé ses unités en 3 divisions et disposé ses bateaux en pointe. C'est un véritable coup de boutoir qu'il veut porter à l'escadre de Persano. Les marins italiens se battent vaillamment. Pourtant, quand le navire amiral autrichien éperonne et coule en 3 minutes le Re d'Italia, le découragement apparaît. Débordé, Persano contemple ses nombreux bâtiments endommagés. Quand le Palestro saute, il s'affole et donne l'ordre de rompre le combat. La bataille a duré 1 HEURE. Les Italiens comptent 620 morts, les Autrichiens, 38. Tous les navires de Tegetthoff sont indemnes.

Wilhelm Von Tegetthoff

Pierre Teilhard De Chardin
PIERRE TEILHARD DE CHARDIN

Jésuite français, passionné de GÉOLOGIE, Pierre Teilhard de Chardin (1881 - 1955) participe à la découverte, en 1929, près de Pékin d'un SQUELETTE fossilisé de préhominidé, le Sinanthrope. Son oeuvre veut réconcilier science et religion.

Teilhard de Chardin s'est joint au groupe "Chine" de la "Croisière jaune", organisée par André Citroën d'avril 1931 à février 1932. Ce groupe doit faire sa jonction dans le DÉSERT de Gobi avec le groupe "Pamir", parti de Beyrouth. Depuis Tien-Tsin, il progresse difficilement, en raison de l'insécurité qui règne alors en Chine. En Mongolie, un gouverneur de province aimerait s'emparer des autos-chenilles. Il fait arrêter la caravane et interdit aux Français de communiquer avec l'extérieur. Teilhard de Chardin imagine alors un stratagème pour entrer en liaison radio avec l'aviso français Regulus, qui croise en MER de Chine. Pendant que l'opérateur émet, il place un disque sur son gramophone, pour couvrir le bruit de la génératrice. Il choisit un air à la mode, "Parlez-moi d'amour", et persuade les soldats chinois qu'il s'agit d'un chant religieux, nécessaire à l'exercice de son ministère.


VALENTINA TERECHKOVA

Première femme de l'espace, Valentina Terechkova naît en Russie en 1937. A 17 ANS, elle travaille en usine. Ouvrière toute la journée, elle cherche à parfaire son instruction et suit des cours du soir. A partir de 1959, elle s'adonne au parachutisme.

En 1962, Valentina est admise au centre d'entraînement de cosmonautes russes, où on la juge bientôt capable de participer à un vol dans l'ESPACE. Le 16 juin 1963, à 10 HEURES, elle prend place dans la fusée Vostok-6, vêtue d'une combinaison bleu ciel. Son collègue, le cosmonaute Bykovsky, parti 2 JOURS plus tôt à bord de Vostok-5, doit évoluer en même temps qu'elle autour de la TERRE. A 10 heures 30, Vostok-6 s'élève dans les AIRS. La terre s'éloigne rapidement sous Valentina, qui s'émerveille des couleurs et du relief du globe. Le vol s'effectue sans incident. Les deux vaisseaux spatiaux ne sont qu'à 5 kilomètres l'un de l'autre et les cosmonautes peuvent aisément communiquer entre eux. Le voyage de Valentina dure 70 heures pendant lesquelles elle effectue 49 fois le tour de la terre et parcourt 2 millions de kilomètres.

Valentina Terechkova

Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011