Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

D (3/3) de  KARL FRIEDRICH DRAIS  à  JOHN BOYD DUNLOP
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Karl Friedrich Drais
KARL FRIEDRICH DRAIS

Le père de Karl Friedrich Drais, baron de Sauerbronn (1785 - 1851), est conseiller à la cour du grand-duché de Bade. Il oblige son fils, malgré son titre d'ingénieur, à devenir fonctionnaire des eaux et FORÊTS.

Le célérifère est un curieux engin très en vogue à Paris, sous le Directoire. Il a la forme d'un CHEVAL ou d'un LION de bois monté sur 2 roues. Mais on ne peut le faire avancer qu'en ligne droite, en poussant sur le SOL avec les pieds. Karl Drais lui apporte 2 perfectionnements : une selle à ressorts et une roue avant articulée, commandée par un guidon. Avec sa draisienne, il couvre les 74 kilomètres de Karlsruhe à Strasbourg en 4 fois moins de temps qu'il n'en faut à un bon marcheur. C'est avec un prodigieux succès qu'il présente la draisienne au JARDIN du Luxembourg à Paris, en 1818. Ses adeptes se lancent bientôt sur les routes, atteignant la vitesse de 12 kilomètres à l'HEURE. Drais invente également une sorte de plate-forme roulante actionnée à la main, pour la vérification des voies de CHEMIN DE FER. Mais tout cela ne l'empêche pas de finir sa VIE dans la misère, car aucun brevet ne protège ses inventions hors du duché de Bade.


FRANCIS DRAKE 4 références trouvées

Marin, explorateur, pirate à l'occasion, Francis Drake (v. 1540 - 1596) est le premier Anglais à accomplir le tour du monde, de 1577 à 1580. Armé CHEVALIER par Elisabeth 1re il contribue à la défaite de l'Invincible ARMADA, en 1588.

Drake, qui voue aux Espagnols une solide inimitié, profite de son voyage dans le Pacifique pour ravager les côtes du Chili et du Pérou. Un JOUR, il vide un bateau espagnol, le Cagafuejo, des centaines de barres d'argent qu'il contient. Le commandant s'attend au pire, quand l'Anglais lui déclare qu'il est libre de reprendre sa route. Tout ému, le brave homme bredouille des remerciements puis, s'enhardissant, remarque : "Capitaine, mon navire devrait s'appeler désormais Cagaplata, c'est-à-dire Crache-argent, et le vôtre Cagafuefo, Crache-feu !". Quelques semaines plus tard, Drake aborde en Californie. Il accomplit 2 gestes qui, pour lui, tiennent lieu de prise de possession : il cloue sur un arbre une plaque en cuivre attestant que le cacique a fait don de son pays à la reine d'Angleterre; au pied de l'arbre, il enterre une pièce de 6 pence. On devait effectivement retrouver en 1937 une plaque en cuivre, à Golden Gate.

Francis Drake

Alexandre Dumas
ALEXANDRE DUMAS 5 références trouvées

Véritable force de la NATURE, Alexandre Dumas (1802 - 1870) est fils d'un général d'Empire. Auteur de nombreux romans, il parcourt l'Europe à la recherche de l'aventure : il marche sur Naples avec GARIBALDI, fait l'ascension du mont Blanc et se mesure même à des bandits corses.

Dumas n'admet pas qu'on le plaisante sur ses origines. Un JOUR, quelqu'un lui lance : "Vous avez du SANG noir dans les VEINES.". Dumas rétorque : "Mon père était un mulâtre, mon grand-père un nègre et mon arrière-grand-père un singe. Vous voyez : ma famille commence où la vôtre finit !". Un autre jour, on le plaint d'une soirée passée chez des gens sinistres : "Mais non ! s'exclame-t-il, je ne me suis pas ennuyé : j'étais là !". Les Trois Mousquetaires remportent un tel succès que le ministre Guizot se fait apporter, dès l'aube, le journal pour y lire, en feuilleton, la dernière aventure de D'ARTAGNAN. Aussi, quelques ANNÉES plus tard, Dumas pleure-t-il... Son fils s'inquiète : "Que t'arrive-t-il ? - Porthos est mort, sanglote le romancier. J'ai été obligé de le tuer !".


DUMONT D'URVILLE 2 références trouvées

Marin français, Jules-Sébastien-César Dumont d'Urville (1790 - 1842) fait le tour du monde et retrouve les restes de l'expédition de La Pérouse. Il touche le premier le CONTINENT ANTARCTIQUE en un point qu'il appelle, en hommage à sa femme, terre Adélie. Il meurt dans le premier accident de CHEMIN DE FER survenu en France.

C'est en achetant une statue grecque que Dumont d'Urville se rend célèbre. La Vénus de Milo connaît dés son arrivée en France un énorme succès. En 1826, Dumont d'Urville quitte Toulon pour le Pacifique où il multiplie les relevés hydrographiques. Apprenant qu'un Anglais a acheté dans une ÎLE, près des Fidji, une garde d'épée ayant appartenu à La Pérouse, il fait voile vers Vanikoro. Les habitants de l'île répondent évasivement à ses questions. Pourtant, en voyant un drap rouge déployé devant l'officier français, un indigène s'enhardit : "Me le donneras-tu si je te montre où ont péri, il y a longtemps, 2 grands vaisseaux - il sera à toi", répond Dumont d'Urville. L'indigène lui fait signe de le suivre. Dumont D'Urville découvre avec émotion, à 3 ou 4 brasses sous l'EAU, des ANCRES, des canons, restes de La Boussole et de L'Astrolabe.

Dumont d'Urville

Henri Dunant
HENRI DUNANT 1 référence trouvée

Né à Genève dans une famille riche et pieuse, Henri Dunant (1828 - 1910) installe des moulins en Algérie pour venir en aide à la population sous-alimentée. Assailli de soucis financiers, il décide de demander l'aide de Napoléon III.

L'empereur des Français se trouve en Italie, d'où il veut chasser les Autrichiens. La bataille fait rage lorsque Dunant arrive à Solférino, le 24 juin 1859. Le soir, les Français sont vainqueurs, mais les pertes se révèlent énormes dans les 2 camps. Morts et blessés jonchent le SOL. Dunant aide les infirmiers. Il soigne aussi bien les Français et les Italiens que les Autrichiens. Il ne voit que des hommes qui souffrent. Jusque-là, chaque armée soignait ses blessés, abandonnant les ennemis à leur triste sort. De retour en Suisse, Dunant multiplie les démarches qui aboutissent à la création d'un Comité international de secours aux blessés et, plus tard, de la CROIX-ROUGE. En 1864, la Convention de Genève décrète que les ambulances et les hôpitaux militaires seront reconnus neutres et les blessés soignés, "à quelque nation qu'ils appartiennent". En 1901, pauvre et oublié, Henri Dunant reçoit le premier prix Nobel de la Paix.


ISADORA DUNCAN

Née à San Francisco (États-Unis), d'un père écossais et d'une mère irlandaise, Isadora Duncan (1878 - 1927) montra dès l'âge de 6 ANS des dons pour la danse. Se laissant aller à sa seule inspiration, rejetant le tutu et les chaussons, elle ne sera jamais une danseuse classique.

Arrivée pauvre à Paris, Isadora y connaît ses premiers succès. Passionnée de la Grèce, elle apparait sur scène pieds nus, drapée dans une tunique antique, et improvise des pas sur la musique de grands compositeurs tels Schubert et Chopin, qui n'ont jamais voulu composer de la musique de ballet. A l'école qu'elle crée à Paris, elle n'accepte que de beaux enfants, affirmant que "seule la beauté peut apprendre la beauté !". Un JOUR, à l'Opéra de Vienne, elle refuse de danser devant l'ARISTOCRATIE autrichienne : "Dans la salle, dit-elle, il y a trop de gens laids !". Partout où elle danse en Europe, elle remporte des triomphes et suscite des controverses. Ceux qui veulent conserver à la danse ses traditions classiques s'opposent à ceux qui veulent la renouveler. Elle meurt de façon tragique : sa longue écharpe se prend dans une roue de sa voiture de sport et l'étrangle.

Isadora Duncan

John Boyd Dunlop
JOHN BOYD DUNLOP

C'est en 1887 que l'Écossais Dunlop (1840 - 1921) conçoit, par hasard, le pneumatique pour cycles et voitures. Cette invention va permettre à l'automobile, dont les premiers modèles commencent à rouler, d'accroître vitesse et sécurité.

Rien ne prédestine Dunlop à participer à la grande aventure de l'AUTOMOBILE. Vétérinaire proche de la cinquantaine, il fabrique lui-même ses gants de caoutchouc, introuvables dans le commerce. Un JOUR, il assiste aux ébats de son fils, âgé de 10 ANS, qui monte un tricycle aux roues arrière très hautes, recouvertes d'un simple bandage de caoutchouc plein. En descendant de sa machine, l'enfant gémit : "Papa, j'ai mal aux REINS !". Quelques jours plus tard, Dunlop est en train de palper le ventre d'un CHEVAL quand il repense à la plainte de son fils. L'idée lui vient qu'un boyau de cheval, gonflé d'air, aurait une grande élasticité. Rentré chez lui, il confectionne 3 boyaux de caoutchouc, les remplit d'air à l'aide d'une valve de fortune et les fixe sur le tricycle, avec des bandes de toile. L'essai se révèle concluant. Ainsi équipé, l'engin attire l'attention d'un industriel qui fonde, avec Dunlop, une usine : le pneu est né.


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011