Je Sais Tout ... Les Hommes de l'Aventure Retour Menu  Accueil

M (2/3) de  MÉNÉLIK II  à  LES FRÈRES MONTGOLFIER
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Ménélik II
MÉNÉLIK II 1 référence trouvée

Petit-fils de l'empereur éthiopien Sahalé Sélassié, Ménélik (1844 - 1913) échappe à l'usurpateur THEODOROS II qui le retient prisonnier pour reconquérir son empire. Couronné Négus le 3 novembre 1889, il lève une armée de 200.000 hommes pour combattre les Italiens, dont il refuse le protectorat.

A la naissance de Ménélik, un moine prédit à Sélassié : "Le règne de votre fils sera bref mais votre petit-fils montera sur le trône, convertira les païens et chassera les étrangers", toutes prophéties qui se réaliseront à la lettre. Seul maître de son empire, celui qu'Henri de Monfreid appelait le "Louis XI africain" attire à lui ingénieurs français et anglais pour moderniser son pays. En 1901, il inaugure la première ligne téléphonique Addis-Abeba-Harar. On l'invite à essayer l'appareil. Ménélik porte l'écouteur à son oreille et recule, effrayé, en entendant la voix de son ministre Makonnen. On le rassure en lui expliquant le fonctionnement du téléphone dont il saisit aussitôt la prodigieuse utilité. Ses sujets sont plus longs à convaincre : pendant des MOIS, ils découpent, pour leur usage personnel, des morceaux de fil de cuivre sur les 400 kilomètres de la ligne.


GERARDUS MERCATOR

Le Flamand Gerhard Kremer, dit Gerardus Mercator (1512 - 1594), fonde la géographie MATHÉMATIQUE moderne. Il fabrique pour l'empereur CHARLES QUINT les deux globes, terrestres et céleste, les plus précis de l'époque.

Au XVIe siècle, les savants cherchent encore le moyen de représenter les détails de la TERRE, surface sphérique, sur une carte plane, pour faciliter les calculs des navigateurs. En effet, ceux-ci doivent tracer leur route en MER sur un globe imprécis et encombrant. Mercator imagine de projeter tous les points du globe sur un cylindre tangent à l'ÉQUATEUR. En déroulant le cylindre, il obtient une image plane de la Terre où les méridiens sont figurés par des lignes verticales et les parallèles par des lignes horizontales. En 1569, il dresse la première carte de monde établie selon ce procédé. Cet événement historique ouvre la voie de l'aventure à de nombreux marins, qui vont enfin pouvoir facilement déterminer leur position en mer et suivre leur route avec certitude. Cette méthode, connue sous le nom de projection de Mercator, est encore partiellement employée pour établir des cartes de navigation aérienne et maritime.

Gerardus Mercator

Jean Mermoz
JEAN MERMOZ 1 référence trouvée

L'aviateur Jean Mermoz (1901 - 1936), l'un des pionniers des lignes aériennes, réussit en 1930 la première liaison directe France-Amérique du Sud. Il disparait en MER, le 6 décembre 1936, à bord de l'hydravion Croix-du-Sud.

Un jour de février 1928, alors que Mermoz et son mécanicien Collenot cherchent à travers la Cordillère des Andes un passage entre le Chili et l'Argentine, leur avion ne pouvant s'élever au-dessus des MONTAGNES, ils s'engagent dans un étroit couloir. Un VENT violent plaque l'appareil contre une pente rocheuse, entre deux ravins. Si les aviateurs sont indemnes, l'avion est très endommagé. Pendant 3 JOURS, les 2 hommes réparent tant bien que mal les dégâts avec de la ficelle, des morceaux d'étoffe et de vêtements. Quand ils mettent le moteur en marche, le radiateur crève. Tout est à refaire. Collenot bouche les trous avec de la colle, du vernis, des bouts de cuir. Enfin, le moteur tourne. L'avion roule vers un précipice, s'élève le long des parois rocheuses, franchit le COL et.., tombe en panne. Mais les aviateurs sont sauvés : Mermoz descend en vol plané et rejoint l'aérodrome d'où ils sont partis 3 jours plus tôt.


MICHEL-ANGE 1 référence trouvée

Peintre, sculpteur et architecte italien, Michelangelo Buonarroti, dit Michel-Ange (1475 - 1564), est présent dans les plus grands musées. On admire à Rome et à FLORENCE ses chefs-d'oeuvre : statues de Moïse et de David, plafond de la Chapelle Sixtine, etc.

Le pape Jules II, vainqueur à Bologne, commande à Michel-Ange une statue à son effigie, COULÉE dans le bronze des couleuvrines prises à l'ennemi. Le sculpteur demande au Saint-Père : "Que dois-je mettre dans votre main droite ? Un livre ? - Tu te moques de moi ! Tu y mettras une épée !". Cette statue n'est pas parvenue jusqu'à nous : prise de guerre, refondue, elle est devenue un gros canon baptisé, par ironie, la "Julienne" ! Lorsqu'en 1508, ce même Jules II ordonne à Michel-Ange de décorer la voûte de la chapelle Sixtine, ce dernier proteste qu'il n'est pas peintre mais doit s'incliner. Il passe près de 4 ANS sur son échafaudage, restant des semaines sans descendre. Il se plaint au pape : "Regardez-moi, je suis tordu comme un arc. Quant à ma barbe, elle se dresse vers le CIEL, raidie à jamais !". Michel-Ange ne pourra plus, désormais, lire une lettre sans l'élever au-dessus de lui : il a eu trop longtemps les yeux tournés vers le haut.

Michel-Ange

Francisco Miranda
FRANCISCO MIRANDA

Né au Vénézuela, Francisco Miranda (v. 1750 - 1816) fait partie du bataillon espagnol venu en aide aux Insurgents d'Amérique, puis il sert, pendant 5 ans, la République française. Rentré à Caracas, il participe au soulèvement contre l'Espagne. Arrêté, il meurt en prison à Cadix.

Persuadé que la France ne peut manquer de s'intéresser au sort des colonies espagnoles d'Amérique, Miranda multiplie les démarches dès son arrivée à Paris. Il ne rencontre qu'indifférence et refus. La Révolution éclate. Miranda s'engage en 1792. Nommé général, il prend Anvers. Pourtant, en juillet 1794, le voilà en prison, fort inquiet de son sort : certes, après son échec devant Aix-la-Chapelle, le tribunal révolutionnaire l'a acquitté. Mais les têtes tombent si facilement en ces JOURS de Terreur... 22 ANS plus tard, il connaîtra les mêmes angoisses à Cadix et cette ois, rien ne viendra le sauver. Emprisonné sur l'ordre du roi d'Espagne, il aimait à dire : "Je n'ai pas de veine avec les rois. Déjà, après le 18 fructidor an V (4 septembre 1797), j'ai dû quitter l'armée française, pour participation à un complot royaliste !". Miranda est le seul vénézuélien dont le nom soit inscrit sur les piliers de l'Arc de Triomphe de Paris.


WILLIAM MITCHELL

Le colonel américain Mitchell (1879 - 1936) croit à la possibilité d'une guerre aérienne totale ainsi qu'à la supériorité de l'avion sur les autres armes. Condamné en cour martiale à 5 ANS de suspension, il démissionne en février 1926.

En 1921, Mitchell est directeur de l'AVIATION militaire. Le secrétaire d'État à la Marine, Daniels, lui lance un défi : "Je veux bien me tenir nu-tête sur le pont d'un croiseur que vous essaierez de couler avec vos bombes !". Mitchell le prend au mot et obtient d'utiliser, pour son expérience, des bâtiments désarmés livrés par l'Allemagne. Lors d'une première attaque, il envoie par le fond 2 sous-marins, un torpilleur et un croiseur. Le 21 juillet, il renouvelle son exploit et coule, en 6 coups au but, le CUIRASSÉ Osfriesland. Par la suite, Mitchell bat le record de vitesse. Malheureusement, sa passion l'emporte. Après la catastrophe du dirigeable Shenandoah, il accuse les ministères de la Guerre et de la Marine d'incompétence et de trahison, ce qui lui vaut ses ennuis judiciaires. Un de ses juges déclare : "Mitchell est un de ces fichus soldats, merveilleux pendant la guerre, mais bien génant en temps de paix !".

William Mitchell

Marc Andrew Mitscher
MARC ANDREW MITSCHER

Marc Andrew Mitscher (1887 - 1947) est le 33eme officier de la Marine américaine à passer son brevet de pilote, en 1916. Devenu AMIRAL, il commande, en 1943, la glorieuse task force 58, l'escadre de porte-avions de la flotte du Pacifique qui s'illustre à Leyte, Iwô-Jima et lors du débarquement à Okinawa.

Surnommé par ses hommes le "gnome féroce", Mitscher est un chef impitoyable. Le 20 juin 1944, on signale la flotte ennemie à 750 kilomètres de son escadre; il ne reste que 2 HEURES de JOUR. En ordonnant au millier d'aviateurs qu'il commande de décoller, Mitscher sait que ceux-ci seront forcés, à leur retour, d'atterrir tous feux éteints, au risque de se tuer. Pourtant, il n'hésite pas. Pas plus qu'il n'hésitera, quelques heures plus tard, à prendre le risque de faire éclairer les plates-formes d'appontage. Il sauve ainsi la VIE à ses pilotes, ceux qui ne parviennent pas à apponter étant recueillis en MER par les navires d'escorte. En prenant cette décision, Mitscher a sans doute pensé à ce jour de mai 1919 où, participant avec 2 autres hydravions à la première traversée de l'Atlantique, son NC 1 s'est abîmé dans les flots, du côté des Açores...


LOUIS-JOSEPH DE MONTCALM 1 référence trouvée

Le général français Louis-Joseph de Montcalm (1712 - 1759) se voit confier, en 1756, la défense des Français du Canada contre les Anglais, qui supportent de plus en plus mal leur présence. L'Angleterre veut en finir et attaque les navires français.

Tandis que les Anglais sont vainqueurs sur MER, sur terre Montcalm réussit, grâce à son sens de la stratégie, à dominer la situation avec une faible armée. Malheureusement, il est pratiquement abandonné par la métropole alors que les Anglais reçoivent renforts et munitions. Cependant, il les bat encore au fort Carillon en 1758 avec quelques soldats, des colons et des Indiens, qui acceptent de se battre sous ses ordres. L'ANNÉE suivante, le général Wolfe, à la tête de 30.000 hommes, attaque Montcalm dans Québec. Celui-ci résiste 2 MOIS mais, le 13 septembre 1759, doit se résigner au combat, dans les PLAINES d'Abraham, avec ce qui reste de son armée. Les soldats français font des prouesses, en vain. Wolfe est tué. Montcalm blessé, meurt le lendemain en s'écriant : "Je meurs content. Je ne verrai pas les Anglais entrer dans Québec !". La ville capitule 4 JOURS après.

Louis-Joseph de Montcalm

Les Frères Montgolfier
LES FRÈRES MONTGOLFIER 2 références trouvées

Fabricants de papier à Annonay, Joseph Montgolfier (1740 - 1810) et son frère Étienne (1745 - 1799) présentent, pour la première fois, le 5 juin 1783, un ballon soulevé par de l'air chaud.

Un JOUR, Joseph Montgolfier remarque que l'AIR chaud provenant du foyer gonfle et soulève une chemise en train de sécher devant la cheminée. Ce phénomène ne pourrait-il être utilisé pour faire voler une machine au-dessus du SOL ? Avec son frère Étienne, il construit un appareil cubique, fait de toile bien tirée sur des montants de bois, au-dessous duquel il allume un FEU. L'engin s'élève à 300 mètres et s'y maintient près de 10 minutes. La montgolfière est née ! Les 2 frères poursuivent leurs expériences et confectionnent un véritable ballon. Le 19 septembre 1783, une nouvelle démonstration a lieu à Versailles, devant le roi Louis XVI et sa Cour. Cette fois, la montgolfière emporte à plusieurs kilomètres un MOUTON, un COQ et un CANARD, premiers voyageurs de l'ESPACE. Une autre montgolfière atterrira dans un champ. Les paysans effrayés, la prenant pour une bête monstrueuse, s'acharneront sur son enveloppe à coups de fourche.


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011